“Ce que je reproche à la majorité des afrocentristes”, une tribune de Molakisi Edimo Lumbidi

La plupart des afrocentristes ne comprennent pas ce que c’est le Recours à l’authenticité.

“Recour” ne veut en aucun cas pas dire “retour” mais plutôt utiliser les décors que nos aïeux ont planté dans les temps passés afin de les utiliser au temps présent en considérant les réalités actuelles. Le prolétariat culturel est un fait imposant que personne ne peut éteindre.

La vérité et la réalité est que chaque époque à sa philosophie et le travail que les génies afrocentristes doivent vraiment faire c’est justement celui de maintenir la conscience culturelle et nationaliste dans les chefs des jeunes africains, travail qui passe nécessairement par une initiation ponctuée mais malheureusement à ces jours même nous afrocentristes tombons dans l’erreur du langage; erreur voulue par les colons pour promouvoir l’ignorance en Afrique. L’afrocentriste connait beaucoup mais n’arrive pas à simplifier son langage pour que la jeunesse africaine s’approprie l’héritage cognitive qui, normalement, l’appartient.

Ce que j’attend de l’afrocentriste

  • Il doit enseigner en langue locale;

-Il doit simplifier son langage dans sa didactique. L’afrocentriste ou le panafricains ne doit plus perdre son temps avec des vérités et langages techniques à se convaincre mutuellement car les deux sont déjà dans la bonne allure alors qu’il y a encore plusieurs africains aliénés qui sombrent dans l’inconscience quant à leurs sources et identités.

  • Il doit écrire des livres jeunesse avec des contenues afrocentristes et panafricains;
  • Il doit cultiver de l’humilité scientifique et intégrer la notion de la complémentarité ;

-Il doit arrêter de croire que l’Eurasiatique est son ennemie mais plutôt combattre leur logique de hiérarchisation raciale.

Le plus important pour l’afrocentriste c’est de se battre à former un autre type d’Africain; cet africain souverain qui réfléchit à partir de son continent. Et ça ce ne serait possible que dans la mesure où les animations de la jeunesse africaine sont très bien structurées et organisées avec récurrence.

PS : les enfants de l’école culturelle Toyekola entrain d’étudier la leçon de l’obéissance avec madame Mathy Yav

Molakisi Edimo Lumbidi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *