Kinshasa : former les jeunes et les femmes de la Tshangu à lutter contre la pauvreté

L’agriculture et la protection sociale sont intrinsèquement liées dans le contexte des moyens d’existence ruraux en République démocratique du Congo. A Kinshasa, plusieurs familles tiennent leurs moyens de subsistance l’agriculture et, dans une moindre mesure, des revenus non agricoles et de transferts de fonds privés. C’est le cas pour de ceux qui vivent dans les quartiers reculés du district de la Tshangu.

Lorsque l’agriculture s’inscrit dans le cadre plus vaste du développement rural, une cohérence accrue entre les interventions agricoles et de protection sociale contribue à améliorer le bien-être des petits exploitants familiaux pauvres en facilitant leur inclusion dans l’économie productive, en améliorant leurs capacités de gestion des risques et en accroissant la productivité agricole des avantages qui permettront aux familles rurales de s’extraire progressivement de la faim.

C’est dans cette logique que La Fondation Paul Tshilumbu (FPT) en collaboration avec l’Association pour la protection de Environnement et le Développement durable (APEDD) et la Gente Féminine en Action pour le changement (GFAC) co-organisent la formation sur l’agriculture dénommée FOJED (Formation des jeunes pour le développement).

Sur le thème : RENFORCER LA COHÉRENCE ENTRE L’AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ ET LA FAIM.

Objectif principal

Former les jeunes et les femmes en particulier sur l’agriculture et la transformation des produits agricoles afin qu’ils apportent leurs contributions au développement significatif de leur communauté.

Objectifs spécifiques

  • Promouvoir l’implication et la participation de la jeunesse au développement communautaire
  • Promouvoir l’autonomisation des femmes
  • Lutter contre la pauvreté et le chômage par l’entrepreneuriat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *