“Tokozela lobi te”: Yango biennale de Kinshasa investit la capitale

La capitale de la République démocratique du Congo vit au rythme de la deuxième édition de Yango biennale de Kinshasa qui a l’ambition d’investir la bouillonnante mégapole de plus de 15 millions d’habitants.  Le projet porté par une trentaine d’artistes d’horizon et nationalités différentes a été lancé le 13 juillet à la Plateforme contemporaine, va se dérouler sur 20 sites et cela jusqu’au 14 août.

Avec le thème évocateur de cette édition : “Tokozela lobi te” c’est-à-dire “nous n’attendrons pas demain”, l’idée est “d’inciter les artistes africains surtout congolais à raconter l’Afrique au présent. Car souvent, l’histoire du continent est racontée au future”, a indiqué Sarah Leila Gomez, l’une des commissaires de cette édition.

Plusieurs activités artistiques sont au programme de cet événement artistique qui se tient pendant un mois, ont annoncé les organisateurs lors de la conférence de presse qui a précédé le lancement de cette biennale mercredi 13 juillet, après plusieurs reports.

Il s’agit notamment  des expositions, des performances,  des concerts, des échanges et discussions entre artistes, intellectuels, universitaires et autres acteurs de la société civile.

Pour cette deuxième expérience, Yango biennale de Kinshasa s’est donnée pour mission d’aller à la rencontre des Kinois. Plus question de s’enfermer dans le confort des salles culturelles climatisées. “Peintres et photographes vont investir des murs, des panneaux et bâches seront placardés dans divers espaces publics, des carrefours à forte fréquentation” afin d’atteindre le kinois ordinaire, a expliqué Isaac Sahani, un membre de la direction et de la coordination de ce festival.

Pour ce faire, une cartographie spéciale a été établie sur le déploiement des expositions dans la ville. Il s’agit au total de 20 endroits plus proches des gens. Ces lieux sont par exemple : L’espace vert (Barumbu), Paroisse Notre-Dame de Fatima (Gombe), Marché de liberté (Masina), UFAD (Kasa-Vubu).

Cette démarche vise également à donner de la visibilité aux artistes, considérés comme des “Créateurs”, en lingala “Bazalisi”. Les faire découvrir au pays mais aussi à l’étranger.

Parmi la trentaine d’artistes qui prennent part à cette édition figurent les artistes Show Azazou (Cameroun), Laeila Adjovi (Bénin), Claudia Tennant (Afrique du Sud).

Yango qui veut dire en lingala “C’est ça”, est une biennale d’art contemporain de Kinshasa fondée en 2014 par le photographe congolais Kiripi Katembo, décédé le 5 août 2015, à l’âge de 36 ans.

Christian Musungayi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.