Le roman “Déchaînée” de Destin Weragi présenté à Kinshasa

Paru en coédition entre les Éditions Mikanda et Andibooks, Déchaînée, le roman de Destin Weragi, a été présenté et conduit aux fonts baptismaux au cours d’une rencontre littéraire tenue le mercredi 29 juin dans la salle de spectacle du Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa.

C’est devant un public composé de chercheurs, écrivains, critiques littéraires, lecteurs que le roman “Déchaînée”, une fiction inspirée des faits réels, sensibles et desolants, a officiellement été accueilli dans l’univers du livre congolais.

Déchaînée, conte l’histoire d’une jeune femme, Fatu dépassée par l’impuissance des autorités face aux violences que sont victimes les femmes et jeunes filles, les injustices sociales, les atrocités, les crimes, les violations des droits de l’homme, les guerres et l’insécurité causées par les hommes politiques et leurs parrains étrangers, dans but de s’enquérir illégalement des richesses du sous-sol de son pays.

Face à cette insupportable situation, Fatu crée un mouvement citoyen de lutte, pour dénoncer et pousser les autorités à prendre des mesures qui changent les choses et réveiller la conscience de la jeunesse. Avec cette casquette de contestatrice, elle devient alors la proie préférée des hommes du pouvoir qui vont lui imposer une existence sans merci : arrestation, emprisonnement, menaces, etc. Son seul choix : résister, se battre pour faire changer les choses.

Ayant lui-même passé une partie de sa jeunesse à Goma, dans la province meurtrie du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, le roman « Déchaînée » est pour M. Weragi un “appel à l’activisme » face aux atrocités qui déstabilisent la partie orientale du pays.

Cette œuvre se veut également « une invitation aux jeunes écrivains du pays à porter un regard particulier sur cette question, écrire pour les générations futures”, a-t-il indiqué.

Pour le Professeur Joris Ngaki, qui a fait la critique et la récession de ce roman, “Déchaînée est une belle histoire sur une thématique d’actualité, c’est un livre qui mérite d’être lu , car a-t-il ajouté, face aux atrocités que subit notre patrie, liées au minerais de sang, aux agressions de certains de nos voisins qui s’emparent illicitement de richesses de notre sous-sol et leurs complices occidentaux, hypocrites, il faut une résilience transformatrice, une révolution salvatrice, une révolte salutaire, une révolte purificatoire”.

Natif de Goma, Destin Weragi est un écrivain congolais, lauréat de la première édition du Prix littéraire Excellentia-littérature organisée par la Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi en 2021 pour sa nouvelle “Maman, je mérite d’être heureuse”. Il est également auteur de deux  recueils de poèmes : “Les ombres de Midi” et “Sur les parvis de mon cœur”.

Christian Dimanyayi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.