Livre : “Le Procès de Jésus-Christ. La plaidoirie que son avocat aurait prononcée” présenté à Kinshasa

Le livre “Le Procès de Jésus-Christ. La plaidoirie que son avocat aurait prononcée” de Domi Guy Ndongala à été présenté et baptisé le 27 mai à la Bibliothèque du Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa devant un public d’écrivains, juristes, critiques littéraires, journalistes et autres passionnés de la lecture.

Paru aux Éditions Edilivre cette œuvre de fiction au titre captivant porte sur l’événement historique qui a conduit à la condamnation de Jésus-Christ et qui a changé le cours de l’histoire de l’humanité. Accusé de “Blasphème et trouble à l’ordre public » par des chefs religieux juifs, l’homme Jésus est amené devant des juges romains. Après un bref procès controversé, sa condamnation à mort est prononcée. C’était un jugement inique pour un sort scellé avant même l’ouverture de l’audience où l’accusé, sans défense,  a fait face aux juges. C’était le destin, a expliqué l’auteur.

Dans cette fiction, Diomi Guy Ndongala décrit d’un côté, la procédure « pleine d’irrégularités » qui a conduit à la condamnation de Jésus-Christ et, de l’autre, ce qu’aurait pu être la plaidoirie de son avocat, si la procédure était inscrite dans le respect strict des textes juridiques.

Avocat de profession, Diomi Guy Ndongala estime que « même si, selon les écritures saintes, Jésus-Christ devrait mourir pour le salut de l’humanité – ce qui était inévitable -, mais ayant vécu comme homme, il méritait de bénéficier d’un procès équitable, ce qui n’a pas été le cas ».  

Procès à titre posthume

Maître Ndongala soutient par ailleurs que du point de vue spirituel (en se référent aux écritures saintes et aux prophéties bibliques), malgré ce qu’aurait été la plaidoirie de l’avocat de Jésus, ce dernier n’aurait nullement pu échapper à une condamnation à mort, car « +le sauveur ne pouvait être sauvé, il devait accomplir sa mission+. Mais un procès équitable aurait arrangé les choses, du moins pour la justice ».

Près de deux mille ans après ce procès historique qui a conduit à la mort de Jésus-Christ et à sa mémorable résurrection, quelle est l’importance d’en parler, se sont interrogés certains participants lors des échanges.

Dans le livre, « il s’agit d’un procès à titre posthume. Ce procès est imaginé pour faire justice à l’homme Jésus-Christ. C’est à la fois un procès très actuel (…) dans ce monde où il y a des erreurs juridiques tous les jours [dans les tribunaux]. Le procès de Jésus-Christ c’est le procès des peuples, le procès de tous ceux qui sont condamnés injustement », a répondu l’auteur.

Dans ce contexte, « la plaidoirie qu’aurait prononcée l’avocat de Jésus-Christ est une plaidoirie contre l’injustice à travers le monde, ce monde où les innocents sont accusés et condamnés injustement », a-t-il insisté.

Avocat congolais, Diomi Guy Ndongala est auteur de plusieurs ouvrages dont « La cité de Dieu. Un témoignage de la libération de la ville de Kinshasa le 17 mai 1997 », publié en 2012 et  dont il a distribué des exemplaires à tous ceux qui ont participé à la présentation de son nouveau livre.  

Christian Dimanyayi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.