RDC : Vague de réactions après le décès du professeur et écrivain Philippe Masegabio

Le décès  du professeur et poète congolais Philippe Masegabio survenu le lundi 16 mai 2022 à Kinshasa, à l’âge de 78 ans, après un malaise a suscité une vague de réactions dans le milieu littéraire congolais.

Sur la toile, des acteurs littéraires congolais saluent la mémoire de cet homme d’état et grande figure de la littérature congolaise. « Le Poète s’en est allé. La Phratrie est en émoi. Le Poète est mort, vive sa poésie suave », a réagi le professeur et écrivain Gubarika.

« Grosse perte pour le pays et surtout pour la communauté des écrivains congolais », a écrit de son côté l’actuel président l’Association des écrivains du Congo, Richard Ali sur son compte Facebook. Les écrivains du Congo regrettent la disparition de ce monument de notre littérature, souligne t-il.

Interrogé par Mbbactu, le professeur Bruno Ilunga salue l’énergie de Philippe Masegabio pour la promotion de la littérature et des écrivains du Congo. « C’était un amoureux de la langue française. Il la manipulait parfaitement bien. Il a aussi beaucoup écrit »,  a-t-il dit.

De même pour le poète Herve N’goma qui dit avoir perdu « un bon père, un enseignant dévoué (…) un père tendre et généreux. Il suffisait de l’approcher pour l’aimer ».

A propos de Philippe Masegabio

Docteur en lettres et philosophie, le poète Philippe Masegabio a dirigé la rédaction de la revue Dombi et fit partie de la nouvelle vague d’écrivains qui s’annonça au début des années 70 à travers des forums, salons et cercles littéraires, note-t-on sur le site internet des Ecrivains du Congo Asbl.

Dans ce contexte, Masegabio fut le premier président de l’Union des Écrivains Congolais (UECO). Le professeur Masegabio fut aussi « le premier à rassembler des œuvres poétiques de ses compatriotes contemporains dans une Anthologie dénommé +Le Zaïre écrit+ en 1952 », ajoute la même source.

Ancien ministre de la Culture de la République du Zaïre (1985-1986), Philippe Masegabio est auteur de plusieurs ouvrages dont  « Fais-moi passer le lac des caïmans », « Somme première », « Le jour de l’Eternel ». Philippe Masegabio a été le lauréat du 2ème Prix de poésie Sébastien Ngonso pour son ouvrage « Somme première » en 1967.

L’année suivante (1968), il été proclamé 1er prix du concours de poésie organisé par le Goethe Institut et la Faculté des lettres de l’Université de Lovanium de Kinshasa avec « Le temps des noces ».

 Christian Musungayi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.