Danse : la 11ème édition du festival “Me Ya Be” à la conquête de la cité

La 11ème édition du festival international de danse « Me Ya Be » qui veut dire « Vous et Nous » se tient depuis le 22 avril à Kinshasa sous le thème “transformation et transposition de la scène”. En plus des salles de spectacles et espaces spécialisés, cette édition promet de ramener la danse dans les quartiers populaires de la capitale de la République démocratique du Congo afin d’offrir aux habitants les spectacles chez eux et permettre à tous de participer à la fête.

A l’Institut français de Kinshasa, la chorégraphe française Gwen Rakotovao a ouvert la scène à travers son spectacle “Fitiavana” au premier jour de ce festival qui s’étend jusqu’au 29 avril ; suivi de “la vie quotidienne”, un autre spectacle livré par la Cie collective des chorégraphes Jacques Bena Yenga (RDC) qui était accompagné d’une trentaine de danseurs et Céline Curvers (Belgique).

Avec la Cie Tshilongelu, le public a eu droit spectacle traditionnel “Voyage Mboka na Mboka”.

Ces spectacles ont été applaudis par un public international.

“Il y a de quoi être satisfait, le thème retenu s’est justifié sur la scène. On a vécu les danses contemporaines et même traditionnelles”, a réagi auprès de mbbactu Randy Kalay, un participant, estimant que la danse a de l’avenir en RDC et partout dans le monde.

Un festival qui prône l’unité

Initié par le chorégraphe Jacques Bena Yanga, le festival “Me Ya Be” (Vous et Nous, en dialecte yansi) a été  lancé 2011, prône l’unité et connais la participation des danseurs et chorégraphes congolais et étrangers.

Pour cette édition, un accent particulier est mis sur le dialogue des cultures et la diversité des expressions artistiques, avec au programme les danses traditionnelles, le hip hop tout comme des danses contemporaines.

Des dizaines de compagnies de danse originaires de la RDC, d’Afrique, d’Europe et d’Amérique du Nord  participent à cette messe culturelle. Ils se produiront à tour de rôle dans des quartiers de Kinshasa, ont indiqué les organisateurs.

L’idée est de ramener la danse à la cité, offrir aux habitants les spectacles chez eux et permettre à tous de participer à la fête. Des spectacles sont prévus notamment dans les communes populaires de Bumbu et de Kasa-Vubu.

M. Bena Yanga a promis « de révolutionner la danse congolaise, considérée comme 6e Art au pays » et demandé au gouvernement congolais d’accompagner la danse.

Christian Musungayi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.