Des journalistes culturels à l’école du développement durable

Une vingtaine de journalistes culturels ont participé à un atelier de formation sur le développement durable et son atteinte à travers le secteur de la culture, organisé par le média en ligne Arts.cd, en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Les échanges ont porté sur les objectifs de développement durable des Nations unies à l’horizon 2030 mais également sur les rouages du secteur culturel comme la politique ou l’économie de la culture, le statut de l’artiste, etc. Ces échanges se sont déroulés les 13 et 14 avril au sein de la Délégation Wallonie-Bruxelles à Kinshasa.

La question de la politique culturelle a fait l’objet d’un large échange au deuxième jour. Il a été également question de l’économie de la culture, des questions de droit d’auteur tout comme des conventions signées par la République démocratique du Congo (RDC) dans ces domaines.

L’intervention de l’Unesco dans l’organisation de cette rencontre est née d’un besoin, celui d’un traitement professionnel de l’information culturelle après constat de quelques failles, ont indiqué les organisateurs. Ces derniers ont estimé nécessaire d’offrir cette formation aux journalistes pour la promotion de la culture.

Le rôle des médias dans promotion de la culture

Entre speech, échanges ou discussion, l’atelier a connu la participation du responsable du service de la communication de l’Unesco, Joseph Potopoto, qui est intervenu sur les objectifs de développement durable pour la communication et l’information. C’est le responsable du département de la culture de cette organisation, Augustin Bikale, qui s’est largement entretenu avec les journalistes pendant les deux jours.

M. Bikale a insisté sur l’importance du travail des médias dans la culture, en estimant que « les médias interrogent le secteur et font des suivis par rapport à la mise en œuvre des engagements que l’Etat prend à travers la politique qui sera mise en place ».  

Les médias permettent aux autorités et à la population « d’accéder aux informations sur l’action publique de la culture (…), jouent un rôle de la démocratisation de la culture », a-t-il dit par ailleurs.

Les objectifs de développement durable et la culture

Il existe 17 Objectifs de développement durable (ODD) adoptés par les Nations unies en 2015. Ils sont un appel mondial à agir pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité d’ici à 2030. Il s’agit entre autres, de la protection de l’environnement, l’égalité des sexes, l’éradication de la pauvreté ou l’accès aux soins de santé.

Une des intervenants à l’atelier, Joëlle Bile, a fait la corrélation entre ces objectifs et le domaine culturel qu’elle dit pouvoir jouer les rôles essentiels pour le développement durable.

Mme Bile a estimé que « tous les ODD peuvent être atteints ou exploités culturellement parlant », car soutient-elle, « la culture est un domaine transversal, on en parle sur tous les sujets, même dans la politique, dans la santé, il y a toujours moyens d’intégrer la donne culturelle ».

Une association des journalistes culturels est née

L’atelier s’est clôturé par la création d’une toute nouvelle structure des journalistes culturels dénommée « Journalistes Culturels pour le Développement Durable » (JCDD). Cela pour pérenniser les acquis de l’atelier surtout pour maintenir haut le flambeau du secteur culturel congolais.

« C’est comme si le secteur n’existait pas dans ce pays. La RDC vient de gérer l’Union africaine mais ses actions ne sont pas connues parce que les spécialistes n’étaient pas mis en valeur », a déploré Onasis Mutombo, initiateur de l’association.

Un comité de gestion a été voté sur place pour la bonne marche de la structure. L’association travaillera à encrer la culture au cœur des politiques du développement, moyen efficace de parvenir à un développement centré sur l’humain, a-t-on indiqué.

Emmanuel Kuzamba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.