La réception des candidatures pour les artistes visuels et opérateurs culturels qui désirent participer à la 4ème édition du festival international de graffiti de Kinshasa, dénommé « Kin Graff », se fera jusqu’au 15 avril prochain, ont annoncé les initiateurs de ce projet.

Comme lors de précédentes éditions, les artistes participants devront embellir la ville par des fresques murales. Pendant 9 jours à Kinshasa, l’événement connaîtra la présence de différents invités qui permettront une approche multiculturelle du graffiti sous le thème de « Parole aux murs ».

Pour déposer sa candidature, les artistes doivent envoyer leur portfolio et les opérateurs culturels envoyer leur curriculum vitae (CV) et une lettre de motivation qui démontre leur intérêt à participer à une formation de 40 heures qui portera sur le sprint vers le management culturel. Le dossier de candidature est à envoyer à l’adresse courriel « kingraff@kubart.gallery ».

Les candidats présélectionnés seront contactés à partir du 21 du avril, on indiqué les organisateurs. Le festival proprement dit se tiendra à Kinshasa du 27 mai au 05 Juin prochain. A Mbbactu.net, l’initiateur du projet a fait savoir ses ambitions de voir Kinshasa ressembler à un lieu très artistique et créatif.

– Faire de Kinshasa un musée à ciel ouvert –

« L’idée, c’est de redessiner la ville de Kinshasa, notre ambition est que la ville de Kinshasa soit un musée à ciel ouvert. Je crois que l’hôtel de ville va accompagner cette 4ème édition parce que l’idée, c’est aussi d’accompagner cette campagne de +Kin Bopeto+ (Kinshasa propre) qui a commencé il y a quelques années », a déclaré Yann Kwete.

Le graffiti est communément défini comme un art contemporain consistant à réaliser des fresques murales avec de bombes de peintures aérosols. Il se veut le canal d’expression visuelle de la culture urbaine.

Le graffiti suivi aujourd’hui par des millions de jeunes dans le monde entier offre un cadre d’échange et de concertation entre artistes, professionnels, panélistes, conférenciers et publics.

Un des combats des organisateurs, à travers ce festival, est que l’Etat reconnaisse cette discipline artistique et qu’il mette à la disposition des artistes graffeurs des murs où ils peuvent s’exprimer, car permettant de vendre une belle image de la ville.

L’idée est d’organiser ce festival chaque année à partir de l’année prochaine. La dernière édition s’est tenue en 2016, édition pendant laquelle quelques murs des communes de Matété, Lemba ou encore de l’avenue Poids lourds ont été peints.

Emmanuel Kuzamba