L’exposition photos dénommée « Quand les femmes prennent la paix en main », dont le vernissage a eu lieu jeudi à Kinshasa, met en valeur des femmes militantes pour leur combat en faveur de la paix et la défense des droits des femmes, au niveau mondial.

Organisée par le département des opérations de paix de l’Organisation des Nations unies (ONU), le département des affaires politiques et de la consolidation de la paix et ONU Femmes, en partenariat avec le festival Photoville de New York, l’exposition présente 14 femmes ayant joué le rôle de médiatrices auprès de groupes armés, participé à des pourparlers de paix, proposé des solutions politiques et défendu les droits des femmes.

La RDC est représentée dans cette exposition par l’activiste Fifi Baka, porte-parole de l’organisation « Rien Sans Les Femmes » pour les femmes photographiées, et par la photojournaliste Ley Uwera, pour les photographes. D’autres femmes ont travaillé à capturer et documenter les travaux des femmes activistes au Moyen-Orient, en Amérique du Sud et en Afrique.

La cérémonie du vernissage a connu la participation des activistes des droits des femmes, du délégué de la représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU, du directeur de cabinet de la ministre du genre, famille et enfants, et bien d’autres qui ont discuté sur un thème relatif à la femme, son autonomisation et l’égalité des genres.

La femme : artisane de la paix

Dans son allocution, Fifi Baka a rappelé l’importance de la femme dans la recherche de la paix. Pour elle, c’est une artisane de paix. « Nous disons toujours qu’il n’y aura pas de paix ni de développement durable tant que la femme ne sera suffisamment impliquée », a-t-elle insisté.

Et cette implication devait commencer à la base pour aller au sommet. Dans les familles, les quartiers, les territoires, les provinces et ainsi de suite. Pour atteindre cet objectif, plusieurs défis sont à relever, a insisté Mme Baka.

Cette militante a cité, entre autres, les défis liés à la faible connaissance des lois, ceux liés à la faible participation des femmes au niveau de différents mécanismes de paix. Cette situation « est due au manque d’informations valables, à l’insécurité qui ne permet pas à femme de pouvoir monter et faire valoir tout ce qu’elle a comme potentielle », a-t-elle estimé.

Ley Uwera a notamment documenté le travail de cette militante avec laquelle elle s’est rendue dans la commune de Kimbanseke et ailleurs à Kinshasa, rencontrer de jeunes femmes démunies pour leur donner espoir et les encourager.

Une première en Afrique

La RDC est le premier pays à recevoir cette exposition qui a déjà été présentée pour la première fois au festival Photoville à New York en septembre 2021. Elle est également présentée au centre des Nations Unies à l’Expo de Dubaï. Elle a entamé une tournée en Afrique. Elle se rendra dans les pays tels que le Kenya, la République centrafricaine, le Soudan et le Mali.

L’exposition photos « Quand les femmes prennent la paix en main» se tient jusqu’au 27 mars, à l’espace culturel Texaf Bilembo, dans la commune de la Gombe à Kinshasa. L’entrée est libre.

Emmanuel Kuzamba