L’artiste dessinateur Richard Monsembola alias Monzari est notre invité.  “Juriste culturel”, il est actuellement l’un des artistes les plus sollicités en République démocratique du Congo pour réaliser de dessins de visages. Depuis trois ans, ses chiffres varient entre 150 et 200 réalisations par année. 

En mai 2021, Monzari a été retenu pour faire partie des artistes exposants de “Liyolo empreinte”, une exposition consacrée au célèbre sculpteur congolais Alfred Liyolo, décédé le 1er avril 2019. Ambitieux, Monzari (26 ans) rêve d’aller plus loin avec son art. 

“C’est depuis que j’ai compris qu’il était possible de reproduire un visage sur un support plat que j’aime dessiner”, a-t-il déclaré à mbbactu.net lors de cet entretien.

Licencié en droit de l’Université de Kinshasa, Monzari est passionné pour l’art et particulièrement le dessin-portrait. Il dit ne pas abandonné son talent, mais affirme mettre le droit au service de son art et de la culture congolaise. 

“Entant que juriste culturel, je souhaite que la culture et les arts occupent une place importante au seins des institutions de notre pays. C’est dans la culture que nous trouverons les remèdes à tous les maux qui gangrènent notre pays la RDC et c’est dans les arts que nous définirons notre identité”, peut-on lire dans sa note biographique.

Monzari est aussi connu pour faire de dessins-portraits qu’il a toujours présenté en noir et blanc. Il suffit de jeter un coup d’œil sur son œuvre pour se rendre compte d’un travail méticuleux. 

“Je réalise chaque portrait comme si c’était le dernier, je donne toute mon énergie et mon temps pour satisfaire les clients”, dit-il dans ce podcast. 

Son autre combat est d’imposer le dessin-portrait comme une spécialisation, d’où le sens de son atelier où il forme les jeunes artistes sur son idéologie. 

Pourquoi, comment, quand, pour quels objectifs, Monzari répond à Emmanuel Kuzamba.