La jeunesse, étape florissante de la vie, représente sans nul doute l’avenir, l’espoir, la couche de la société qui prendra la relève, et ainsi de suite. S’il y en a qui reste jeune au-delà de l’âge avancé, l’avenir se prépare chez les plus jeunes en chiffres. L’auteur Louidel Lebou l’a compris.

En effet, il a rédigé un bouquin intitulé «Le réveil de la jeunesse africaine», paru aux éditions Mabiki, en septembre 2021. Cet essai de 55 pages, répartis en 4 chapitres, est destiné à réveiller et faire travailler le continent africain dans sa couche la plus active et celle qui regorge le plus grand nombre de population. Louidel Lebou signe cette tribune avec des extraits de cet ouvrage.

L’objectif est de faire avancer l’Afrique, la faire changer de couche, aller dans une nouvelle direction où les jeunes sont portés vers la positivé, l’intégrité, la loyauté.
Louidel dirige la Jeunesse Libre Africaine Asbl, une association qui vise l’éveil et l’unification de la jeunesse africaine. Il est engagé dans les secteurs éducatif et du développement durable en Afrique. Il œuvre aussi dans le secteur bancaire et informatique.

TRIBUNE :
Nouveau Type de Jeune en avant

Les jeunes Congolais sont nourris des pensées de diverses formes. Celles qui se réfèrent à eux-mêmes sont les plus importantes. Lorsque nos pensées envers nous-mêmes sont négatives, il nous est plus difficile de communiquer de manière adéquate ou d’avoir les pensées positives pour notre pays.

Nous attendrons que l’on nous impose ou que nous leur imposons. L’une des clés de la positivité est précisément de construire une bonne attitude face à ce que nous sommes et ce que nous faisons. Cela nous permettra de répondre aux demandes externes de manière plus intelligente.

Un autre point important de la positivité est la capacité à préciser les problèmes. Cela veut dire: les délimiter. “Savoir où ils se produisent, avec qui et comment”. En y pensant de cette manière, ils deviennent beaucoup plus gérables.

Le seul fait de faire l’exercice de délimitation est d’une grande aide. Et bien entendu, cela facilite notre positivité dans notre prise de position face aux mouvements de masse, les rassemblements politiques sans vision, à la marginalisation des jeunes… nous devons être capables de faire des analyses justes et profitables à la jeunesse avant d’émettre nos voix ou de porter notre choix sur les dirigeants politiques de notre pays.

Au cours de ces dernière années, les élections en RDC sont révélatrices d’un certain élan démocratique. En effet, elles sont, aujourd’hui, le seul moyen d’accès au pouvoir politique. D’une manière générale, c’est l’acte par lequel le peuple désigne les titulaires de l’autorité politique et les jeunes Congolais se rendent aux urnes pour élire le président et les députés… En effet, notre nation a une constitution qui garantit notre caractère démocratique.

Or, à l’image des différents scrutins dans notre pays, nous constatons une désaffection de plus en plus grande des jeunes. Le non-vote des jeunes aux scrutins électoraux, met en péril la viabilité démocratique.

L’augmentation croissante des candidats aux consultations électorales apporte l’invisibilité des choix électifs, l’instauration d’un rapport clientéliste avec les électeurs, la crise de la représentation. Autant d’éléments qui nous amènent à interroger la légitimité, le rôle et la responsabilité des acteurs politiques face au peuple.

Il est important que le choix des dirigeants ne soit pas fait sur base du clientélisme ou autre critères contraires à la moralité et aux valeurs démocratiques. Il nous est permis en 2023 de changer la donne. 

Faisons de notre mieux pour réaménager cette classe politique avilissant, en plaçant des hommes et des femmes capables de relever le défis de la bonne gouvernance. Misons sur les jeunes visionnaires, dévoués pour hisser haut le drapeau de la République démocratique du Congo et ainsi préparer pour les générations futures, un Congo plus beau qu’avant.

Louidel Lebou

Président de Jeunesse Libre Africaine Asbl