Intellectuels, écrivains et autres passionnés de la littérature ont échangé mardi 15 février à l’Université de Kisangani à l’occasion de la célébration, en cours, de la 8ème édition de la Fête du livre en République démocratique du Congo où un écrivain français a plaidé un accès aux livres surtout pour les plus jeunes.

L’accès au livre est difficile surtout pour les plus jeunes en RD Congo, pays où les établissements d’enseignement sont, dans leur très grande majorité, dépourvus de bibliothèque scolaire.

Lors d’une conférence, l’écrivain français Sébastien Gayet a plaidé pour que les écoles publiques soient équipées en livres pour permettre aux enfants de se « familiarisés aux livres et à la lecture », a rapporté la page littéraire Bookutani. «  Il faut que les enfants puissent avoir accès aux livres », a insisté l’écrivain français.

Au cours de l’échange, Sébastien Gayet a partagé son expérience et « fait l’état des lieux du livre en France, ce qui a suscité des interventions allant dans le sens d’une comparaison avec l’état des lieux du livre en RDC et à Kisangani », a indiqué Bookutani.

Pour M. Gayet, « l’idée c’était de montrer ce qui se passe un tout petit peu en France, [faire] un petit diagnostic de la chaîne du livre en France »,  d’après cette source.

Bookutani a indiqué par ailleurs que les intervenants à cet échange « ont reconnu et décrié l’inexistence des maisons d’éditions, et l’insuffisance, ou encore l’absence totale, des livres dans des bibliothèques scolaires. Ces deux problèmes, selon les participants, impactent négativement et visiblement sur la perception de l’écriture et de la lecture chez l’enfant congolais ».

« C’était un débat riche. Nos interventions ont suscité un bel échange entre le conférencier Sébastien Gayet, écrivain et le public composé des professeurs d’université, des scientifiques, des assistants et des écrivains locaux », a commenté une participante.

mbbactu.net